Les problèmes de dos causés par un mauvais sommeil

52% des français affirment avoir mal au dos au réveil. Et si ce n’était pas un hasard ? 80%, c’est également la part de français qui seront atteints de mal de dos au moins une fois dans leur vie. Un mal bien connu qui pourrait pourtant être évité, ou au moins soulagé par un simple changement : celui du matelas. Un français passe en moyenne un tiers de sa vie à dormir. L’importance d’avoir un bon matelas et une bonne literie ne doit donc vraiment pas négligée.

Le mal de dos, qu’est-ce que c’est ?

Le dos, qui part de la tête pour s’achever aux jambes, est constitué d’une trentaine de vertèbres divisées en 5 zones :

  • Les vertèbres cervicales
  • Les vertèbres thoraciques ou dorsales (en cas de douleur, on parle de dorsalgie)
  • Les vertèbres lombaires (en cas de douleur, on parle de lombalgie)
  • Le sacrum
  • Le coccyx

A côté de la colonne vertébrale, on retrouve les disques intervertébraux situés entre les vertèbres, mais aussi les muscles et ligaments : autant de parties que de maux de dos différents. C’est pourquoi les symptômes du mal de dos sont aussi variés que les causes. Les causes externes au sommeil sont bien évidemment très diverses mais celles liées à la literie occupent une place non négligeable. Une fois le mal de dos durablement installé, il est très rapide de tomber dans un cercle vicieux : plus la douleur est forte, moins le sommeil est facile à trouver, et les symptômes n’auront de cesse d’augmenter. On distingue ainsi plusieurs types de douleurs, que l’on peut classer pour plus de facilité dans 4 grandes catégories.

Les maux de tête et torticolis

Les vertèbres cervicales sont les principales victimes. La cause résulte souvent d’une mauvaise combinaison entre le matelas et l’oreiller, puisqu’il suffit d’une petite différence de hauteur pour que la douleur commence à se ressentir. Celle-ci provient de l’inflammation des nerfs du cou, la douleur pouvant irradier jusqu’aux bras.

Les dorsalgies et lombalgies

Il s’agit cette fois-ci des muscles dorsaux, situés au niveau des vertèbres dorsales et lombaires. Les symptômes se traduisent généralement par une raideur et des contractures dans une de ces zones, et résulte souvent d’une mauvaise posture de sommeil. Les douleurs lombalgiques par exemple ont tendance à se déclencher lorsque le bas du dos n’est pas suffisamment soutenu par le matelas.

Les douleurs au niveau des hanches et articulations

Les symptômes apparaissent souvent du fait d’un matelas trop ferme. La pression exercée au contact d’un matelas dur aura en effet pour conséquences de réduire la pression sanguine et donc la régénération cellulaire. La douleur peut ainsi se ressentir dans les hanches, les jambes et les genoux, allant de l’inconfort à des inflammations aiguës des articulations.

Les sciatiques et rhumatismes

Si ces maladies ne sont pas directement liées au sommeil, ce dernier a un impact certain sur le ressenti et leur évolution. En cas de mauvais sommeil ou de mauvaise posture, les symptômes sont largement amplifiées et notamment au niveau du dos.

Mal de dos et literie : une relation complexe

Pour bien dormir, il est essentiel d’investir dans un bon matelas, mais il ne faut pas non plus négliger l’importance d’un bon sommier et d’un bon oreiller. Le plus souvent, la combinaison des trois aura un impact fondamental sur la qualité du sommeil et l’apparition ou non d’un mal de dos.

Un matelas adapté à chaque morphologie

Plusieurs critères sont à prendre en compte lors de l’achat d’un matelas, et notamment pour éviter les douleurs dorsales. En premier lieu, il convient de vérifier son soutien : celui-ci doit être trop dur, ni trop ferme. Un matelas trop ferme se remarque si toutes les zones du corps ne sont pas en appui sur le matelas. A l’inverse, un matelas trop ferme aura pour conséquences un dos arrondi et une colonne dorsale soumises à des pressions au niveau des dorsales, lombaires et cervicales. De façon générale, un matelas ferme est plus conseillé, mais si celui-ci l’est trop, il est toujours possible de s’équiper d’un surmatelas.

Il faut également prendre en compte l’âge du matelas : selon l’utilisation et le type de matelas, il faudra le changer dès ses premiers signes d’essoufflement. Un matelas à mousse ou à ressort aura tendance à s’abîmer plus rapidement et il faudra peut être le changer au bout d’une dizaine d’année, quant à un matelas en latex tiendra beaucoup plus longtemps. Il n’y a pas de type de matelas à préférer, tout dépend également de la qualité de ce dernier. Un matelas trop vieux se remarquera facilement par un creux en son centre, ou par le fait de sentir les ressorts.

Oreiller et mal de dos

L’oreiller est tout aussi important que le matelas. Un mauvais oreiller est synonyme de douleurs dorsales et surtout cervicales : rien de mieux pour se réveiller avec un torticolis. Le choix de l’oreiller se fait en fonction du sommeil, mais de manière générale il est préférable d’éviter les traversins cylindriques, qui ont tendance à provoquer une cassure entre le dos et la tête.

Il existe des oreillers spécialisés (visibles ici) pour éviter les douleurs dorsales : l’oreiller cervical mémoire de forme évite notamment les torticolis en assurant un alignement optimal de la colonne vertébrale au niveau du cou.

L’importance d’un bon sommier

Le sommier correspond à entre 30 et 40 % de la qualité du sommeil. Un très bon matelas sur un sommier non adapté n’aura ainsi pas les effets escomptés. Avec un matelas latex ou un matelas à mémoire de forme, il est conseillé d’opter pour un sommier à lattes souples par son action complémentaire. En revanche, mieux vaut l’éviter avec un matelas à ressort, au risque de voir un ressort passer entre deux lattes.

> Voir tous les sommiers

À retenir

  • Un nombre important de maux de dos, aussi divers qu’ils soient sont liés au sommeil.
  • Différents facteurs entraînent les 4 principaux types de douleurs :
    • La mauvaise combinaison entre matelas et oreiller cause maux de tête et torticolis.
    • Un soutien insuffisant du bas du dos ou une mauvaise posture provoquent des dorsalgies et lombalgies.
    • Un matelas trop ferme peut entraîner des douleurs aux hanches et aux articulations.
    • Une posture incorrecte et un sommeil détérioré amplifient sciatiques et rhumatismes.
  • La fermeté du matelas doit être équilibrée et adaptée en fonction l’âge et de la corpulence du dormeur. Attention aux matelas trop fermes qui exercent des pressions excessives au niveau du dos !
  • Le choix de l’oreiller est aussi important que celui du matelas. On évite le traversin qui crée une cassure entre le dos et la tête. Et pour soulager les douleurs dorsales, l’oreiller cervical à mémoire de forme est prescrit.
  • Le sommier joue à 40% dans la qualité du sommeil, il est à choisir en fonction de la composition et de la technologie du matelas.

Ces produits sont peut-être faits pour vous :